LE JOURNAL DES ACTIONNAIRES #70 - PRINTEMPS 2023

Analyse & perspectives

ANALYSE & PERSPECTIVES

© Lutt Julien - Capa - TotalEnergies

« Conforté par la solidité du bilan de la Compagnie et par ses perspectives de génération de cash, le Conseil d’administration a confirmé une politique de retour à l’actionnaire pour 2023 visant un cash pay-out entre 35 % et 40 %. »
Par Jean-Pierre SbraireDirecteur Financier

En ce début d’année 2023, les marchés du pétrole évoluent entre 80 $ et 90 $ par baril dans un environnement incertain le possible ralentissement économique à l’échelle mondiale pourrait être contrebalancé par le redémarrage de la Chine, la demande mondiale étant attendue en 2023 en croissance à plus de 100 Mb/j*. Dans ce contexte, les pays de l’OPEP+ ont affiché leur volonté de maintenir les prix à des niveaux supérieurs à 80 $ par baril. Les marges de raffinage en Europe, notamment sur les distillats, devraient rester soutenues par les effets de l’embargo européen sur les produits pétroliers russes à compter du 5 février 2023.

Les tensions sur les prix du gaz européen constatées en 2022 devraient perdurer en 2023, la croissance limitée de la production mondiale de GNL devant à la fois satisfaire une demande de GNL en Europe en hausse pour remplacer le gaz russe reçu en 2022 et la reprise attendue de la demande de GNL en Chine.

Depuis le 31 décembre 2022, la production liée à la participation de TotalEnergies dans Novatek, de 0,3 Mbep/j** en 2022, n’est plus comptabilisée. TotalEnergies anticipe une croissance de sa production d’hydrocarbures sur l’année 2023 d’environ 2 % à 2,5 Mbep/j**, portée notamment par trois démarrages principaux prévus cette année : le bloc 10 en Oman, Mero 2 au Brésil, et Absheron en Azerbaïdjan.

Poursuivant sa dynamique de croissance dans le GNL, TotalEnergies renforce en 2023 sa position unique en Europe avec la mise en service de deux terminaux flottants de regazéification dont le premier, situé à Lubmin en Allemagne, est déjà opérationnel.

Ayant atteint 1 milliard de dollars de cash-flow en 2022, l’activité Integrated Power poursuit sa croissance en 2023 avec une production d’électricité anticipée à plus de 40 TWh en hausse de 30 % par rapport à 2022, bénéficiant de la pleine intégration de Total Eren et conduisant à un cash-flow attendu en hausse dans les mêmes proportions.

La mise en œuvre d’un programme d’efficacité énergétique renforcera la compétitivité de l‘Aval, lui permettant de tirer parti d’un environnement de raffinage européen favorable.

En 2023, TotalEnergies prévoit des investissements nets à hauteur de 16 à 18 milliards de dollars, dont 5 milliards de dollars dédiés aux énergies bas-carbone.

Conforté par la solidité du bilan de la Compagnie et par ses perspectives de génération de cash, le Conseil d’administration a confirmé une politique de retour à l’actionnaire pour 2023 visant un cash pay-out entre 35 % et 40 % et les priorités d’allocation du cash-flow suivantes :

  • un dividende ordinaire durable à travers les cycles, qui n’a pas baissé pendant la crise du Covid, et dont la hausse est soutenue par la croissance structurelle du cash-flow,
  • des investissements en appui d’une stratégie équilibrée entre les diverses énergies,
  • le maintien d’un bilan solide avec un objectif de notation à un niveau « AA »,
  • des rachats d’actions pour partager l’excédent de cash-flow généré à prix élevés et éventuellement la distribution de dividende exceptionnel en cas de prix très élevés.

Pour 2023, cette politique de retour à l’actionnaire combinera d’une part une augmentation des acomptes sur dividende de 7,2 % à 0,74 par action et d’autre part des rachats d’actions prévus à hauteur de 2 milliards de dollars pour le premier trimestre.

* Mb/j : millions de barils par jour

** Mbep/j : millions de barils équivalent pétrole par jour

IFRS

Les normes IFRS (International Financial Reporting Standards) constituent un référentiel comptable international applicable depuis 2005 aux sociétés cotées sur un marché européen. Ces normes ont été créées pour que les états financiers de sociétés d’un même secteur, mais dans des pays différents, puissent être comparés sur des bases similaires et notamment faciliter les choix d’investissements.